Les parrains / marraines d'OEF
partagez sur
les précédents parrains et marraines

 Parrain 2016 : Enki Bilal

"Parrainer une opération telle que Orchestres en fête !, c’est respirer de l’air en plus. Des particules de musique ?". Enki Bilal

Photo libre de droits

"Parmi les émotions que nous éprouvons, celles provoquées par la musique sont sans doute les plus difficiles à décrire. Les mots manquent, ou ceux existants apparaissent insuffisants, inadaptés. Alors pourquoi l’écoute-t-on, la musique ? J’ai depuis bien longtemps renoncé à tenter de répondre ce genre de questions. La musique fait partie de l’air que je respire, lorsque je dessine, peins, écris, ou simplement rêve. Celle, qu’on nomme « classique », prenant d’ailleurs de plus en plus d’espace. Et particulièrement celle dite « sacrée ». Un gouffre de mystère pour l’agnostique que je suis". Enki Bilal

Né à Belgrade, Enki Bilal vit dix ans en Yougoslavie avant de rejoindre son père, à Paris. Très vite, le dessin s’impose dans sa vie et après un passage aux Beaux-Arts, il trouve sa véritable passion : la bande dessinée. A à peine 21 ans, il publie Le bol maudit dans le journal Pilote. Suivront La Croisière des oubliés et Les Phalanges de l’Ordre Noir, nés de sa collaboration avec le scénariste Pierre Christin, puis sa première série, La Foire aux immortels, sa trilogie Nikopol, La tétralogie du Monstre, la trilogie du Coup de sang… Artiste éclectique, il dessine des décors pour le cinéma (La vie est un roman, A. Resnais, 1982), des costumes de ballets (Roméo et Juliette, S. Prokofiev / A. Preljocaj), d’opéra (O.P.A. Mia, D. Lavaillant), réalise des films (Bunker Palace Hôtel (1989), Tykho Moon (1996), Immortel, ad vitam (2004)…, peint et expose à la Biennale de Venise, au Palais de Tokyo, à la Villette, au Musée du Louvre, à celui des Arts et métiers et dans de nombreuses galeries d’art. 

Marraine 2015 : Agnès B.

"Je me suis régalée de musique classique pendant l’enfance et l’adolescence. J’aime toutes sortes de musique et je suis, pour cela, très heureuse d’être la marraine d’Orchestres en fête !". Agnès b.

Chez agnès b, la générosité est une seconde nature. Sa vie est faite d’un tourbillon de passions : le vêtement évidemment, le cinéma, la photo, la musique, la protection de l’environnement, la lutte pour la dignité humaine…

En parrainant Orchestres en fête ! elle témoigne de son attachement à la musique symphonique et de son souhait de la partager comme elle la voit : éclectique, sensible et accessible.

Elevée à Versailles dans les années 50, elle bénéficie d’une éducation très classique. Elle voulait être conservateur et se rapprocher de l’art dont elle était déjà, adolescente, très passionnée. Devenue styliste par hasard, et par nécessité, elle ouvre la première boutique rue du Jour en créant sa marque “agnès b.” et lui adjoint une galerie “la galerie du jour agnès b.” en 84. De plus en plus proche de l’art et des artistes, elle aborde aussi le cinéma dont elle est fan depuis longtemps en créant “Love Streams” sa maison de production. Elle publie aussi un périodique gratuit, une carte blanche offerte à un artiste, le “Point d’ironie”. Ayant toujours souhaité s’exprimer autrement que par le seul stylisme, elle écrit il y a longtemps une histoire en quelques jours : Je m’appelle hmmm… et réalise enfin le film en 2012/2013.

Parrain 2013 : Ibrahim Maalouf

Ibrahim Maalouf

En parrainant Orchestres en fête ! Ibrahim Maalouf témoigne ainsi de son attachement à l’orchestre et de son désir de le faire découvrir à tous.

Ibrahim Maalouf nait dans une famille d'artistes : fils du trompettiste Nassim Maalouf et de la pianiste Nada Maalouf, il est aussi le neveu de l'écrivain Amin Maalouf. 

A sept ans, il débute l'apprentissage de la musique auprès de son père, qui l'initie à la trompette baroque, classique, moderne, contemporaine, ainsi qu'à la musique arabe classique et à l'art de l'improvisation. Très vite, ils partent ensemble en tournée et le jeune musicien se fait repérer par les plus grands. Poussé par Maurice André, il renonce à des études scientifiques pour se consacrer à la musique.  

Après un parcours classique prestigieux (diplôme du CNSMDP et plusieurs prix de concours internationaux), Ibrahim Maalouf se fait connaitre du grand public en étant invité par le monde de la chanson. Sting, Matthieu Chédid, Vincent Delerm... nombreux sont les chanteurs à faire appel à sa sonorité et à son jeu unique pour colorer leurs musiques. 

Musicien classique, musicien de jazz (artiste de l'année aux Victoires du Jazz en 2013), professeur d'improvisation au CRR de Paris, compositeur (formations classiques, films), Ibrahim Maalouf choisit d’aborder la musique sous tous ses aspects.

Son engagement est également politique. L’UNESCO lui décerne le titre de "jeune artiste œuvrant pour le dialogue entre le Monde Arabe et l'Occident".

Parrain 2012 : Abd Al Malik

Abd Al Malik

 "L'orchestre est un groupe humain, un groupe d'artistes qui me bouleverse à chaque fois. Je vous invite à partager cette émotion avec moi pendant toute la durée d'Orchestres en fête !". Abd Al Malik.

Photo (c) Olivier Vigerie

Marrain 2011 : Julie Gayet

Julie Gayet

"J’adore la musique classique ! On l’écoute trop souvent chez soi, alors qu’en concert, avec des musiciens en live, c’est … incroyable ! ". Julie Gayet.

Photo © Olivier Vigerie

Parrain 2010 : Smaïn

"J'ai rêvé la musique, elle est désormais mon quotidien. Comment être insensible au Daphnis et Chloé de Ravel ou bien à Escales de Jacques Ibert ?  La musique est en tête et si bien dans la mienne. Si la musique adoucit les beurs, alors je me trouve enchanté de parrainer Orchestres en fête ! et de pouvoir transmettre à mon tour mon enchantement." Smaïn.

Photo © Pascal Bastien

Parrain 2009 : Michel Blanc

Michel Blanc "Si vous vous imaginez qu'il faut avoir un bagage préalable pour prendre du plaisir dans une salle de concert, je suis l'exemple vivant du contraire ! C’est merveilleux d’aller écouter un concert, et plus on en écoute, plus on comprend la musique, plus on entre dans la musique. Je voudrais inciter à avoir cette première curiosité : vous n'en serez que plus heureux et ensuite, vous passerez votre temps à aller au concert !". Michel Blanc.

Photo © Patrice Nin